C'est l'heure de rentrer en France.

Bordeaux nous attend ... nos petits aussi.

Nous sommes mercredi 22 Décembre.

Notre vol Easyjet à l'aéroport de Luton est prévu pour 10h30.

Nous enregistrons les bagages : mon mari me paie un dernier british breakfast.

J'étais stressée : la veille les journaux anglais avaient relaté des nuits d'attente dans les aéroports à cause de la neige, et des vacances de noël

842

des enfants dormant à même le sol dans les halls d'embarquement

844

Bref il est 10h15, nous n'allons pas tarder à embarquer .. nous sommes de grands chanceux, me dis-je.

C'est ce moment précis que choisit une hotesse pour annoncer que le vol pour Bordeaux est "cancelled" (j'entends parfaitement mais un instinct de survie me fait dire que je n'ai pas bien compris, qu'elle doit avoir un accent pourri et qu'elle parle d'autres choses, de consoles par exemple ? non ?)

Mais non, cette biatch parle bien d'annulation de vol !!

Il nous faut donc récupèrer le bagage enregistré puis aller poireauter devant le comptoir Easyjet pour voir quelle solution de remplacement ils nous proposent.

Naïvement je me dis qu'au pire ils nous proposent un vol pour demain matin et que ça nous fera un jour de plus à Londres .. presque youpi.

Après une heure d'attente, le verdict tombe : je manque de m'évanouir quand l'employée Easyjet nous annonce que le seul avion qui partira vers Bordeaux sera dimanche 26.

Tout tourne dans ma tête : mais c'est dans 4 jours ! mais c'est APRES noël ! mais c'est une éternité sans mes bébés ! mais c'est ... IMPOSSIBLE !!!!

Moi vivante, je ne resterais pas à attendre un "hypothètique" retour dimanche 26 (qui me dit qu'ils ne me l'annuleront pas non plus ?). Nous cherchons s'il y a d'autres vols vers la France, aucun.

Bristish Airways venait de laisser partir son dernier vol vers Paris avec une enchère à 500 pounds le billet. Autant dire qu'on est pas les seuls à vouloir rentrer chez nous.

Je me sens en plein remake de "Maman j'ai raté l'avion" sauf que je suis dans la peau de la mère (bon ok et mes enfants ne sont pas livrés à eux même dans notre maison)

11412846_gal

Je me refais la scène où Mme Mccallister propose son alliance, se retrouve dans un camion avec un orchestre folklorique ... bref je me dis que le road movie qui nous attend à de fortes chances de se jouer de cette façon. J'ai une envie de crier "Kevin" entre deux sanglots mais c'est bien à mes deux petits chatons que je pense.

Je me mets en mode chialage intensif, pendant que mamourschka met en marche tous les réseaux via son Iphone (finalement j'aime bien les tèléphones portables depuis). Ma valise comme seul appui, les gens me regardent me liquifier et évitent les flaques de larmes que je laisse sur mon passage.

Home_Alone_322_Medium

"Chérie, prend ta valise, nous avons un long chemin" ... Ma valise je la porte d'un doigt, je vole, je cours, au moins nous partons.

Mamourschka m'annonce le trajet approximatif, mais nous n'avons aucune notion du temps qu'il nous faudra. Peu importe, nous avançons.

Nous prenons la navette de l'aéroport de Luton pour aller à la gare.

A la gare, nous prenons un train direction Douvres. Nous débutons notre collection de tickets.

855

Les paysages que nous traversons nous font prendre conscience qu'il a encore bien neigé cette nuit.

850

854

Arrivés à Douvres, la file d'attente pour obtenir les billets pour le ferry est impressionnante. Même en ayant réservé par téléphone, nous devons attendre et patienter dans la queue.

Nous faisons la connaissance d'un jeune couple qui revient de Malaisie et qui doit arriver à Toulouse avant Noël également. Encore la tête dans le décalage horaire ils n'ont pas pu avoir de correspondance à Londres à cause de la neige et doivent se débrouiller pour rentrer.

858

Nous attendrons 6 heures dans l'embarcadère avant de pouvoir monter à bord du ferry et celui-ci aura encore une heure de retard avant de réellement quitter la côte de boeuf britannique.

J'en profite pour transformer l'adage "Wait and see" en "Wait and sit".

860

Mais une fois à bord nous essayons de reprendre des forces (il est 19h40 quand le ferry de 15h 40 démarre enfin ... nous n'avons quasiment rien mangé depuis ce matin)

865

869863

Après un bon petit repas, nous arrivons à Calais.

Bien sur à la sortie du ferry, plus âme qui vive. Tout est fermé. La gare de Frethum annonce qu'après 19 heures c'est la mort dans le village. (il est + de 22 heures, en résumé, il faut dormir sur place).

871

Nous voilà donc à l'hotel Le bonzai pour une nuit très courte où le vent du nord soufflera très fort à travers les fenêtres.

Jeudi 23 décembre :

Très tot le matin, nous prenons un taxi pour aller à la gare de Frethum. Nous le partageons avec David un anglais qui arrive de Bristol et doit absolument rejoindre sa femme et son fils à ... Barcelone. Autrement dit, il était pas arrivé lui non plus.

875

A la gare de Frethum nous prenons un TER qui nous amène jusqu'à Lille.

Puis à Lille nous prenons un TGV qui nous amène jusqu'à Paris Nord.

Il nous faut ensuite prendre le RER, et l'orlyval pour atteindre l'aéroport.

879

(quand je vois cette photo avec des cernes de 3 km, la face d'une petite vieille, je me dis que celui qui a sorti " les voyages forment la jeunesse", voulait plutôt dire "les voyages DEFORMENT la jeunesse !!!")

A l'aéroport de Paris, on sent déjà qu'on se rapproche de chez nous.

883

Après 2 heures d'attente,nous avons les billets pour rentrer à Bordeaux !!!

882

Il est à peu près 15h30.

Il faudra ensuite attendre le dégivrage de l'appareil puis c'est sans compter sur une panne du chariot élévateur qui permet le chargement des bagages que nous décollerons finalement avec 1h30 de retard.

886

A ce stade de l'aventure, plus rien ne peut m'atteindre en tant que voyageur de l'extrême. Je me mets en mode micro sieste de cosmonaute ou navigateur dès que je suis assise plus de 30 secondes. J'ai passé tellement de temps à attendre au cours de ces deux derniers jours que chaque seconde compte.

Finalement il nous aura fallu 36 heures pour rentrer (là où un vol direct Luton-Bordeaux prend 1h30), 320 euros (au lieu des 50 euros de vol retour), utiliser pas moins de 10 moyens de locomotions différents (taxi, train, bus, RER, TER, TGV, Orlyval, avion, marche à pied, escalators ...)

Mais voir les bouilles d'amour émerveillaient par leurs réveillons de noël nous n'aurions raté ça pour rien au monde .

DSC_0992DSC_0941

DSC_0898DSC_0042

DSC_0049DSC_0048

J'en profite pour vous souhaiter une année pétillante pleine de bonnes surprises, de l'amour bien sûr, la santé cela va sans dire et surtout de savoir apprécier les petits instants du quotidien ...

et si c'était ça le bonheur après tout ?

juste serrer nos enfants dans nos bras et partager leur sourire ...